Au cours de leur vie, les hommes et les femmes peuvent avoir des relations sexuelles avec un ou plusieurs partenaires. Lorsque la relation sexuelle n’est pas protégée, les partenaires s’exposent à de grands risques. Le plus courant pour les femmes est une grossesse non désirée. Cependant, les IST sont un autre risque lié aux relations sexuelles sans protection. Dans le monde, des milliers de personnes contractent chaque jour ces infections.

Pourquoi se protéger lors d’un rapport sexuel

Le sigle IST (Infection Sexuellement Transmissible) regroupe un nombre important d’infections de l’appareil génital. Ces infections se transmettent principalement à travers les relations sexuelles. Pour les éviter, il est donc important de prendre les mesures adéquates pour se protéger, lorsqu’on a plusieurs partenaires sexuels. Les infections sexuellement transmissibles ne s’attaquent pas à une tranche d’âge particulière. Quelle soit jeune ou âgée, à partir du premier rapport sexuel, toute personne s’expose aux IST. Le coït n’est pas la seule source d’infection. Ceux qui pratiquent le sexe anal courent également le risque d’attraper une infection sexuellement transmissible.
Aujourd’hui, la plupart des IST se soignent. Cependant, elles peuvent avoir des conséquences irréversibles sur la santé, si elles ne sont pas vite dépistées et guéries. Le traitement précoce est la solution pour endiguer l’infection et réduire son impact sur la santé. Il faut toutefois rappeler que jusqu’à présent, certaines infections n’ont pas encore trouvé de remède. Certains sous-estiment le côté ravageur de ces maux sur la santé, ou négligent les conseils de protection à cause de leur ignorance des dangers des IST. Pourtant, elles peuvent entrainer des dommages irréparables, et même un décès. Il est donc important d’en parler pour éveiller les consciences ! Aujourd’hui, les notions disponibles sur plan sexe ne suffisent plus.

Relation sexuelle

Le danger des IST

Une IST, ça se remarque immédiatement. Les symptômes ne passent pas inaperçus. Par contre, certaines se font plus discrètes, et ne se font pas voir, car elles ne sont pas suivies de signes. Seul un dépistage peut dans ce cas permettre de localiser le mal. Même si les symptômes ne se manifestent pas, le porteur peut toujours contaminer un partenaire sain.
Les symptômes les plus récurrents au niveau des IST sont les écoulements par les appareils génitaux et l’anus ; la fatigue, les sensations de brûlure et la fièvre en font également partie. Faire l’amour sans se protéger expose les partenaires à des infections sexuellement transmissibles variées.
La syphilis : elle entraine des boutons et des plaques rouges sur la peau
L’hépatite B : cette infection crée des complications qui peuvent entrainer la mort du sujet atteint. Parmi les signes annonciateurs de cette maladie, nous avons les nausées, les maux de tête et les douleurs aux articulations.
L’herpès génital : il se manifeste par des boutons sur les organes génitaux ainsi que des démangeaisons.
Il existe beaucoup d’autres IST, tout aussi dangereuses les unes comme les autres. La chlamydiose, par exemple, lorsqu’elle n’est pas vite traitée peut provoquer la stérilité ou des grossesses extra-utérines. Faire une rencontre sexuelle sans penser à se protéger peut aussi favoriser le SIDA. Dès lors, savoir comment trouver du sexe rapide sur rencontre sexe gratuit n’est plus suffisant.
Les méthodes pour se protéger, si elles sont connues et appliquées, limitent le risque d’infection.

0

Comment se protéger ?

Avoir des rapports sexuels avec un seul partenaire est le moyen le plus efficace pour éviter les infections sexuellement transmissibles. Dans le cas contraire, il faut systématiquement utiliser le préservatif lors de chaque rapport sexuel, et avec tous les partenaires.
Le dépistage est aussi un moyen sûr, pour garder un œil sur sa vie sexuelle. Certaines IST ne peuvent pas être évitées avec les préservatifs, parce que mes zones atteintes ne sont pas totalement protégées par les protections. À titre d’illustration, il y a le cas de la pénétration anale et vaginale avec les doigts. Une infection comme le HPV peut se transmettre à travers un doigt contaminé, si celui-ci présente une écorchure. La protection concerne aussi la fellation et le cunnilingus. Il est important d’utiliser dans ces cas, un préservatif ou un carré de latex. On recommande aussi de s’assurer qu’il n’y a pas de trace de blessures au niveau de vagin, du pénis et de la bouche pendant une rencontre sexuelle.
À travers le dépistage, il est facile de vite se rendre compte de la présence d’une infection dans le sang, et par conséquent, procéder à son élimination. Le dépistage intervient aussi lorsque deux partenaires décident d’arrêter l’utilisation du préservatif. En cas de soupçons ou de découverte de signes suspects, le dépistage est recommandé.
Si un sujet découvre une infection, il est préférable pour lui, d’éviter un rapport sexuel non protégé, tant qu’il n’est pas guéri. L’utilisation des préservatifs devient obligatoire, et il doit retourner régulièrement au centre de soin jusqu’à guérison définitive. Son ou ses partenaires doivent également être avertis pour se soigner de leur côté.
Pour des infections comme les hépatites A et B des vaccins existent, mais il faut demander l’avis de son médecin avant de les recevoir.